Bourg médiéval de Saint-Bonnet

Centre historique de Saint Bonnet

Place Grenette à Saint Bonnet en Champsaur

Au gré des flâneries
Santus Bénétus en 1152, Saint-Bonnet en Champsaur, est resté depuis le moyen-âge, la capitale commerciale et administrative du Champsaur.
Ce village, posté à mille mètres d'altitude, surplombe la vallée du Drac et a conservé quelques traces de fortifications moyenâgeuses. On situe aisément les quatre entrées du Bourg à cette époque. La porte de Gap, place sous l'aire, la Porte Saint Eusèbe, au Peyssier, la porte Saint Michel, au Chevreril et la porte Saint Jacques, rue Saint Jacques.

Comme dans tous les villages moyenâgeux, les maisons sont serrées les unes aux autres et forment une ronde autour du prieuré, de l'église et du cimetière, ne laissant que peu d'espace aux ruelles et aux places. Dans les années 1700, les remparts furent détruits pour permettre au bourg de Saint-Bonnet de s'agrandir. 

Les Tounes à Saint Bonnet en Champsaur

Les Tounes
En flânant dans les ruelles du bourg, on rencontre de nombreuses traces du passé les ruelles étroites, les tounes et les vieilles portes en noyer massif.
Dans la plupart des maisons, le rez-de-chaussée était généralement réservé aux commerces ou aux écuries, le premier étage constituait quant à lui le logement, enfin le dernier, avec sa grande ouverture, servait de grange. Sur l'un des jambages de cette ouverture était fixé la potence mobile, la « Taïole » qui était utilisée pour monter les bottes de foin et les fagots dans la grange.

Lors de la première urbanisation du village, en 1773, les places Grenette, du Chevreril et aux Herbes furent recouvertes de galets du Drac.